Prof. Dr. A. Lienhard

L’accomplissement des missions de service public en coopération est bien légitimé constitutionnellement.

PPP-Informations

Le nouveau centre multifonctionnel à Plan-les-Ouates s'appellera "Skylab"

tstamp);*/ echo substr($this->date, 0, -5); ?>

La zone industrielle de Plan-les-Ouates se verra bientôt dotée d’un centre multifonctionnel particulièrement novateur. Intitulée Skylab, la future construction offrira des locaux pour les entreprises, ainsi que différents services d’utilité publique, comme une crèche ou une caserne de pompiers. 

En 2005, les autorités communales acquéraient quatre parcelles de terrain formant une surface de 8’464m2, située à l’angle des chemins du Pré-Fleuri et du Champ-des-Filles, déjà excavées, surnommées « la Piscine ». Cette acquisition poursuivait deux buts bien précis : pouvoir y construire une caserne pour la compagnie de pompiers volontaires et un parking public. Ce projet a sommeillé quelques années jusqu’au début 2008, date à laquelle le Conseil municipal a mis sur pied une commission ad hoc pour élaborer un projet et combler cette « Piscine ». Cette commission s’est réunie pour la première fois le 28 avril 2008. Un concours d’architecture a été lancé en 2010, en partenariat avec la Fondation pour les terrains industriels (FTI). C’est le bureau Bassicarella et son projet « Skylab » qui a séduit le jury. Dès ce printemps, grâce à la société Concordo et au fonds d’investissement Rockspring, la maquette va enfin pouvoir prendre forme! 

Privilégier les cleantech 

Six étages de locaux, 125 m de longueur, plus de 26'700 m2 de surface exploitable… Autant dire que le projet « Skylab » est d’envergure! Complètement minérale, la façade du bâtiment alliera préfabriqué de béton revalorisé, verre et acier, tandis qu’une grande aire végétalisée revêtira la toiture. L’ensemble intégrera les plus récentes conceptions technologiques et répondra aux standards énergétiques qui imposent des exigences thermiques, électriques et de régulation de l’air très strictes. Véritable modèle de la construction durable à Genève, le futur centre proposera des structures d’utilité publique, tout comme des activités industrielles compatibles avec le secteur des biotechnologies. De par ses dimensions et sa flexibilité, le site présente un potentiel non négligeable pour ce genre d’activités, tout en conservant des possibilités pour d’autres domaines. 

Un édifice multifonctionnel 

Le mot d’ordre du futur centre multifonctionnel « Skylab »? La mixité. Outres les espaces dédiés aux entreprises et industries des équipements communaux seront offerts aux collaborateurs de la ZIPLO. Une crèche de 60 places, une caserne de sapeurs-pompiers, de même qu’un parking à trois niveaux comprenant 700 places pour automobiles, dont 200 places publiques et 250 places pour deux-roues, seront agencés. C’est ainsi une véritable synergie entre acteurs publics et privés qui sera mise en place afin de répondre aux attentes des usagers.

Skylab : un espace conçu aussi pour les tout-petits 

A Plan-les-Ouates, les structures actuelles d’accueil de la petite enfance ne suffisent pas à absorber le flot de demandes des familles en recherche d'une place en crèche. Il y a non seulement énormément de requêtes émanant de résidents de la Commune, mais également de personnes qui y travaillent. C’est la raison pour laquelle le centre multifonctionnel « Skylab », qui sera construit dans la zone industrielle, prévoit l’installation d’une nouvelle structure d’accueil pour les petits, d’une capacité de 60 places. 

Un concept inédit 

Une crèche en pleine zone industrielle ? Impensable, voyons! Et pourtant, le projet initié par le cabinet d’architectes Bassicarella devrait pouvoir répondre aux besoins en matière d’accueil de jour. Compte tenu du contexte environnemental, des mesures spécifiques ont été prises en termes de sécurité et d’aménagement. Les murs de béton comporteront suffisamment de couches structurelles pour isoler les locaux de façon adéquate, tandis que les fenêtres seront équipées de triple vitrage. L’accès à l’extérieur n’a pas été oublié: « En plus d’un jardin, les enfants bénéficieront de possibilités de balades au-delà de la zone industrielle », explique Danièle Kovaliv Carron, responsable du Secteur Petite enfance à Plan-les-Ouates.

Davantage de rentabilité

A l’intérieur, quatre espaces de vie contigus hébergeant chacun 15 enfants seront agencés. L’éducation se fera en groupe multiâges, une méthode pédagogique ayant déjà fait ses preuves à la crèche VéloRouge et dans d’autres établissements. En outre, la crèche disposera d’attraits non négligeables pour les travailleurs comme pour les employeurs. Une pièce pour les enfants malades, une salle à manger pouvant recevoir les parents souhaitant prendre leur repas de midi avec leur enfant ou encore des heures d’ouverture étendues – sans fermeture durant les vacances scolaires –, autant de particularités qui n’existent nulle part ailleurs et spécifiques aux besoins des entreprises.

Skylab : un projet inédit à Plan-les-Ouates sous bien des aspects

Outre la mixité d’activités présentée ci-dessus, le montage tant juridique que financier de ce projet est relativement original. Parmi les exigences énoncées par la Commune, il y avait celle de conserver la propriété de ces parcelles sur le long terme. Il n’est en effet pas déraisonnable d’imaginer que ce qui est en train de se passer dans le secteur de la Praille (projet PAV Praille-Acacias-Vernet) puisse se passer dans la ZIPLO dans les décennies à venir. De plus, la Commune n’a pas souhaité financer la réalisation et le fonctionnement d’un bâtiment industriel qu’elle souhaitait néanmoins dense, vu la rareté du terrain à Genève. Rappelons-le : les surfaces en jeu étant importantes (plus de 8'000 m2 au sol), ce bâtiment qui maximise les droits à bâtir est imposant par ses dimensions, et donc par ses coûts ! C’est donc sur la base de cette double contrainte qu’un partenariat a été mis sur place, partenariat qui repose sur trois principaux acteurs : la Commune, propriétaire de ces parcelles, qui souhaite investir pour le financement de « ses » infrastructures, la Fondation des terrains industriels (FTI), fondation de droit public chargée de gérer les zones industrielles du canton, qui joue le rôle d’intermédiaire entre la Commune et le troisième partenaire, un investisseur privé, qui cherche à réaliser un objet immobilier d’envergure en guise de placement financier à moyen terme. 

Le montage juridico-financier est donc le suivant : la Commune concède un droit de superficie de 90 ans à la FTI moyennant une rente annuelle qui permet de «rentabiliser  l’acquisition de ces parcelles, achetées en 2005, rappelons-le. De son côté, la FTI cède à son tour un autre droit de superficie – appelé droit de superficie au second degré – à l’investisseur, moyennant également une rente, qui est naturellement un peu supérieure à celle qu’elle reversera à la Commune. Et c’est bien normal puisque c’est la FTI qui est en relation contractuelle avec l’investisseur, c’est donc elle qui prend un risque – financier – vis-à-vis de ce dernier. L’investisseur se charge de construire cet immeuble et d’en louer les surfaces, en mobilisant les ressources financières nécessaires. C’est une opération qui se monte à environ 150 millions de francs. La Commune acquiert, en propriété par étage, les « lots » constitués par la crèche et par la caserne. Ces acquisitions, d’un montant total de 16.7 millions, ont fait l’objet de délibérations que le Conseil administratif a soumis au Conseil municipal en février. Ce dernier est en train de les analyser dans ses commissions et elles devraient être votées au cours de ce printemps.

Mettre en place un tel partenariat n’a pas été chose aisée et il a été parfois difficile, voire délicat, de collaborer avec des intervenants dont les intérêts étaient bien souvent divergents. Tout l’enjeu a consisté à rendre les intérêts des uns et des autres convergents, en les cristallisant autour d’un projet qui est devenu, au fil des jours, de plus en plus concret, jusqu’à se matérialiser par une autorisation de construire, étape indispensable pour que la construction puisse démarrer.

Source:Ouverture sur Plan-les-Ouates N° 22
Date:Mars 2013

>>> le projet en bref

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Quelle est la somme de 1 et 9 ?*