Prof. Dr. Thomas Pfisterer

Pour une politique budgétaire durable

Communications médiatiques

Quels moyens de transport de marchandises pour répondre aux défis futurs?

tstamp);*/ echo substr($this->date, 0, -5); ?>

C’est grâce à un investissement d’environ 30 milliards de francs que «Cargo sous terrain», un système logistique complet de tunnels unique au monde, devrait voir le jour en Suisse. Ce projet a fait l’objet d’une discussion publique lors d’une conférence organisée aujourd’hui à Berne par l’Association PPP Suisse. L’infrastructure de transport existante pourra ainsi être délestée et la compétitivité de l’économie favorisée. Au mois de janvier de cette année, il a été rendu public que les partenaires intéressés issus de l’économie sont parvenus à mobiliser 100 millions de francs dans le cadre d’un plan de financement privé afin de planifier et d’obtenir une autorisation de construire pour le premier tronçon. C’est maintenant au tour des institutions fédérales d’établir une base stable de droit public pour le futur projet.

Communiqué de presse relatif à la conférence publique de l'Association PPP Suisse du 15.05.2018:
"Cargo sous terrain" – mit Innovation gegen den Güterverkehrsstau

Downloads

Comme l’a expliqué Peter Sutterlüti, président du conseil d’administration de Cargo sous terrain SA (CST) composée d’entreprises nationales et internationales de renom, les chances de réaliser ce projet unique, sous le regard attentif de la communauté internationale, sont très bonnes. Il s’agit d’un système de transport par tunnels reliant les grands centres au nord des Alpes, associé à une distribution fine respectueuse de l’environnement dans les villes et les zones industrielles («City logistique»). Il est prévu que le premier tronçon du système de tunnels relie la plateforme de Härkingen-Niederbipp à Zurich à partir de 2030. Selon les initiateurs du projet, Cargo sous terrain vise à réduire de 40 % le nombre de poids lourds sur les voies de circulation existantes, en particulier sur les routes. Le transport de marchandises en milieu urbain pourrait être réduit jusqu’à 30 % grâce à la livraison systématique et efficace au moyen de véhicules électriques adaptés à la ville. Le système serait entièrement alimenté grâce aux énergies renouvelables.

Senior fellow et spécialiste des transports au sein du think tank indépendant Avenir Suisse, Daniel Müller-Jentsch considère toutefois ces objectifs avec un certain scepticisme. Les priorités définies par Cargo sous terrain, qui se caractérisent par une approche matérielle forte sous la forme de nouvelles infrastructures coûteuses, sont quelque peu discutables. La construction d’un système parallèle aurait tendance à coûter plus cher que l’agrandissement des réseaux de transport existants. D’une part, les travaux de conception et de mise en œuvre exigeraient de nombreuses années, ce qui comporte des risques élevés à une époque marquée par des changements rapides. D’autre part, le manque de flexibilité des tronçons en cours d’élaboration, par rapport au réseau de transport existant et aux solutions de transport aérien beaucoup plus vastes, présenterait des inconvénients majeurs. D. Müller-Jentsch est persuadé que le monde de mobilité totalement nouveau au moment de l’achèvement du gigantesque projet CST et dont nous n’avons aujourd’hui qu’une vague idée, exige de nouvelles solutions logicielles intelligentes. Il sommeillerait encore dans l’infrastructure existante un grand nombre de capacités inutilisées qui pourraient être exploitées grâce à quelques innovations technologiques et incitations financières.

La Mobilière, plus ancienne compagnie d’assurances privée de Suisse, fait partie des actionnaires de Cargo sous terrain SA à l’instar de Coop, Migros, la Banque cantonale zurichoise, La Poste Suisse, Swisscom et d’autres investisseurs nationaux et internationaux. Comme l’a expliqué lors de la conférence Andreas Hölzli, responsable du centre de compétences Cyberrisques de La Mobilière et membre du conseil d’administration de Cargo sous terrain, la compagnie d’assurances s’intéresse aux possibilités d’investissement à long terme ainsi qu’au développement durable. Une durabilité du point de vue des investissements mais également de l’ensemble de la société, qui dépend d’infrastructures aptes à aborder le futur. La Mobilière soutient le projet Cargo sous terrain depuis 2013 et demeure organisée sous forme de coopérative: 150 délégués défendent les intérêts de ses sociétaires.

Président de l’Association PPP Suisse et ancien directeur des travaux publics du canton de Schwytz, Lorenz Bösch a indiqué que l’association a abordé pour la première fois l’importante question de l’avenir du transport de marchandises en Suisse il y a déjà neuf ans. C’est l’idée du «Swiss CargoTube», un système de tunnels traversant la Suisse et développé en 2001 par la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse FHNW, qui est à l’origine du projet «Cargo sous terrain» dont l’avenir sera discuté par le Parlement lors de la prochaine phase du projet.

Lors de la précédente assemblée générale, les membres de l’association, fondée en 2006, ont décidé de réorienter l’organisation. L’association devrait permettre au monde économique privé, à l’administration et aux politiques de se rencontrer pour aborder des questions spécifiques de coopération et pour échanger, indépendamment des agendas politiques, sur les défis et les approches de solutions coopératives.

Plus d'informations:

Lorenz Bösch, président de l'Association PPP Suisse 
Heinz Gut, directeur de l'Association PPP Suisse 

 

Tel. 079 426 54 19
Tel. 079 400 57 09

Downloads

Communication médiatiques (français / deutsch italiano)

Exposé Peter Sutterlüti (deutsch) / Video Cargo sous terrain (deutsch)

Exposé Dr. Daniel Müller-Jentsch (deutsch)

Exposé Andreas Hölzli (deutsch)

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Veuillez additionner 1 et 9.*