Jacky Gillmann

Le PPP demande d’élargir les réflexions au-delà du simple acte de construire, ce qui est bénéfique pour toutes les parties prenantes.

Communications médiatiques

Une étude de faisabilité indépendante démontre les avantages d’un PPP au Gothard

tstamp);*/ echo substr($this->date, 0, -5); ?>

Zurich/Berne, le 8 mars 2012 C’est avec un vif intérêt que l’Association PPP Suisse a pris connaissance de l’étude indépendante portant sur le financement privé d’un deuxième tunnel routier au Gothard, présentée la semaine dernière par economiesuisse, l’organisation faîtière de l’économie. L’étude révèle que la construction d’un deuxième tube au Gothard ainsi que la rénovation des tubes existants pourraient être financées et exploitées intégralement par le secteur privé.

En 2009, le groupe d’experts «Transports» de l’Association PPP Suisse était déjà parvenu à cette conclusion dans le cadre d’une étude: ces spécialistes indiquaient en effet à l’époque que la réalisation du projet serait non seulement faisable dans le cadre d’un partenariat public-privé, mais qu’elle serait aussi avantageuse à divers points de vue: le partenaire privé assumerait la responsabilité totale de l’ouvrage pendant une durée contractuelle de 30 ans, de l’étude jusqu’à l’exploitation et à l’entretien. Une répartition des risques entre l’État et le partenariat privé, la nécessité d’optimiser les frais globaux sur un cycle de vie ainsi que des modèles de financement plus flexibles auront probablement à long terme une influence positive sur le budget de la Confédération pour les routes nationales.

Faire construire ou non un deuxième tube routier reste une décision de politique des transports, un choix sur lequel l’association ne prend pas position. S’il est décidé de réaliser un deuxième tube, elle appelle toutefois la Confédération à comparer sans réserves et ouvertement la variante du partenariat public-privé à la réalisation classique. L’association est persuadée que l’optimisation des coûts, orientée cycle de vie, l’approche de la rentabilité globale des investissements en tenant compte également des frais consécutifs et de la durabilité ainsi que la prise en compte des coûts liés aux risques dès l’examen des variantes conduiront à une transparence beaucoup plus grande des frais globaux liés au projet (coûts du cycle de vie) et pourront ainsi contribuer à une diminution des risques pour les pouvoirs publics et les usagers. Une décision définitive quant à la réalisation dans le cadre d’un partenariat public-privé ne pourra être prise qu’à l’issue d’une première phase concrète de développement du projet et d’une comparaison approfondie de la rentabilité par rapport aux procédures d’adjudication conventionnelles.

 

Pour de plus amples informations

Lorenz BöschPrésident de l’Association PPP Suisse 079 426 54 19
Niklaus Lundsgaard-Hansenprésident du groupe d’experts «Transports» de l’association031 310 50 01

Revenir | Ajouter un commentaire

Commentaires

Veuillez additionner 9 et 6.*